Museu da Idade Média – História há séculos em Paris

O museu da idade média está localizado em Paris, num antigo prédio da ordem de Cluny. Nome Cluny é famoso na história da idade média e relacionado `as Cruzadas. Tapeçaria, acessórios e uma maravilhosa sala de vitrais são alguma das atrações…

As atrações do Museu da Idade Média

Veja as estruturas das termas:

Le musée national du Moyen Âge est installé dans deux monuments parisiens exceptionnels : les thermes gallo-romains (Ier-IIIe siècles) et l’hôtel des abbés de Cluny (fin XVe siècle). Il a été fondé par l’Etat, en 1843, grâce aux collections d’un amateur qui se passionnait pour le Moyen Âge, Alexandre Du Sommerard et qui habitait dans l’hôtel de Cluny. Enrichies au cours des années, les collections offrent aujourd’hui un panorama unique sur l’art et l’histoire des hommes, de la Gaule romaine au début du XVIe siècle. Elles permettent de parcourir en un lieu unique près de quinze siècles d’art et d’histoire
Le caldarium

Les thermes gallo-romains sont l’un des témoignages les plus spectaculaires de l’architecture antique conservé sur le sol de la Gaule. Lutèce se partageait alors en deux ensembles urbains, l’un blotti à l’intérieur de la Cité ; l’autre sur la rive gauche de la Seine (Montagne Sainte-Geneviève). C’est là que se sont développés villas et monuments grandioses : le Forum sous la rue Soufflot, les arènes rue Monge, les thermes du Sud rue Gay-Lussac, les thermes de l’Est sous le Collège de France et les thermes du Nord dits de Cluny.

O “Hotel” Cluny

Le musée national du Moyen Âge, est installé dans deux monuments parisiens exceptionnels : les thermes gallo-romains (Ier-IIIe siècles) et l’hôtel des abbés de Cluny (fin XVe siècle). Il a été fondé en 1843, grâce aux collections d’un amateur qui se passionnait pour le Moyen Âge, Alexandre Du Sommerard et qui habitait dans l’hôtel de Cluny. Enrichies au cours des années, les collections offrent aujourd’hui un panorama unique sur l’art et l’histoire des hommes de la Gaule romaine au début du XVIe siècle. Elles permettent de parcourir en un lieu unique près de quinze siècles d’art et d’histoire.

Le plafond de la chapelle

Au début du XIIIe siècle, l’université vint s’installer dans ce qui allait devenir le ” Quartier latin “. Les abbés de Cluny en Bourgogne, comme bien d’autres, cherchèrent à y avoir un collège et un pied-à-terre. Le collège construit au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle se trouvait sur l’actuelle place de la Sorbonne ; le pied-à-terre près des thermes. A la fin du XVe siècle, Jacques d’Amboise, abbé de Cluny (1485-1510) décide de reconstruire la résidence abbatiale parisienne qui s’appuyait sur les thermes. La construction rapidement conduite est aujourd’hui le plus ancien témoin d’un hôtel particulier entre cour et jardin. Clos vers la ville par un mur aveugle crénelé, simplement percé d’une porte charretière et d’une autre piétonne, il est formé d’un corps de logis avec deux ailes en retour qui enferment une cour. Il est à deux étages surmontés d’une haute toiture d’ardoise, interrompue par des lucarnes. Une balustrade en fort surplomb en cache le départ. Les niveaux sont desservis par trois escaliers à vis. A l’intérieur, l’hôtel a conservé ses dispositions d’origine : le volume des salles, la circulation ménagée en façade et la chapelle.

Mise en lumière du muséeAu sein du Quartier latin, le musée national du Moyen Âge  brille d’un nouvel éclat depuis le 28 novembre 2002. Le ministère de la Culture et de la Communication / direction des Musées de France, avec le soutien de la Fondation Electricité de France, a procédé à la mise en lumière des façades des bâtiments abritant le musée, et plus particulièrement l’hôtel de Cluny (fin XVe s.), premier hôtel parisien construit entre cour et jardin. Cette réalisation a été confiée à Anne Bureau, concepteur lumière.

L’éclairage préserve l’intimité du lieu tout en le rendant perceptible depuis un environnement urbain complexe et fréquenté. La lumière de la flamme a servi de référence plastique pour cette mise en lumière : mouvant et produisant des ombres, elle rougeoie quand on s’en éloigne.

Côté cour

Une source de lumière, située derrière le mur crénelé, éclaire le haut des façades d’une lumière chaude et ambrée. Cet éclairage détache les volumes en maintenant des ombres franches. Depuis un seul point, un groupe de projecteurs éclaire toutes les façades (à l’exception du mur crénelé). Le haut de la tour de l’escalier d’honneur est éclairé par une lumière à effet flamboyant. A l’entrée du musée près du grand portail, une lanterne, fixée en applique, crée une présence nocturne en écho à l’éclairage de la cour.

Côté jardin

La lumière semble provenir du parterre du préau. Des “petits objets” lumineux intégrant de la fibre optique en ponctuent les bords (lumière blanche chaude). Des projecteurs encastrés au sol et placés entre ces objets, produisent un éclairage doux et en dégradé des façades (lumière de tonalité chaude et ambrée). Les lucarnes et les tourelles sont éclairées par une lumière à effet flamboyant obtenu par un systèrme de fibre optique. Un disque à obturation irrégulière et comportant des fragments de verres dichroïques de différentes couleurs crée, en tournant, des effets aléatoires de couleurs et de mouvement, évoquant le mouvement que peut produire une lumière de flamme. Cet effet lumineux est dirigé vers les lucarnes et les tourelles par des mini-projecteurs placés dans des boîtiers étanches, encastrés également dans le sol du parterre.
Le porche voûté sous la chapelle est éclairé avec une lumière de la même tonalité ambrée que l’éclairage émanant du parterre.
Certaines silhouettes d’arbres se détachent par un éclairage à contre-jour perçu depuis le boulevard Saint-Germain.

Cette mise en lumière permet au musée national du Moyen Âge, dans la perspective de son projet de rénovation, de mettre en valeur l’architecture de ses bâtiments.

Mosaïque de pavement

Les thermes du Nord revêtent une importance particulière du fait de leur état de conservation exceptionnel ; la réutilisation pratiquement continue de l’édifice depuis le Moyen Âge en est la cause principale. Les thermes étaient formés de différents espaces, destinés au public ou aux services, et de souterrains. On identifie aisément les trois salles importantes : le frigidarium (salle froide) englobé dans le musée avec sa voûte de 15 m de haut ; un caldarium à l’ouest bordé par le boulevard Saint-Michel et un autre caldarium au sud, à l’angle du boulevard Saint-Michel et de la rue Du Sommerard. Ces deux dernières salles sont en partie ruinées depuis le XVIIIe siècle. Les murs en élévation ont conservé leur structure d’origine, qui se singularise par l’emploi de petites pierres carrées séparées à intervalles réguliers de rangs de briques. A l’intérieur, ils étaient recouverts de mosaïque, de marbre ou de peinture. Le frigidarium en conserve des traces. Le fragment de mosaïque aujourd’hui exposé, « un Amour chevauchant un dauphin », pourrait en constituer le dernier vestige. Cet ensemble architectural était, comme bien d’autres thermes, l’un des hauts lieux de la civilisation romaine.

Localização:

Adresse
Musée de Cluny – Musée national du Moyen Âge
6 place Paul Painlevé
75005 Paris

Renseignements au 01 53 73 78 00 (standard et serveur vocal) et au 01 53 73 78 16 (accueil)
Courriel contact.musee-moyenage@culture.gouv.fr

Sobre maniamuseu

Maníaco por museus de todo mundo. Eles trazem a história, o futuro, o diferente e a cultura. Entretenimento e educação. Viaje em maniamuseu.
Esse post foi publicado em Arqueologia, História & Arqueologia, Museus da França e marcado , , , , , . Guardar link permanente.

Deixe uma resposta

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s